Forum des Hérau(l)ts de Lambert

Association lambersartoise de jeux de rôle
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion
Derniers sujets
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 nécrologie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Griffin
Niveau 7
Niveau 7
avatar

Nombre de messages : 333

MessageSujet: nécrologie   15.09.12 10:06

La révolution engendra la mort de bon nombre de personnages importants de Montaigne (voir d'ailleurs). Voici une énumération, non exhaustive, des disparus :

- Yannick Bisset de Verrier – Comte. Homme riche au tempérament violent, qui épousa de force une jeune femme du nom de Valory, pensant que son fiancé était mort en Castille. Il est abattu par Jérôme à son retour du front. Cet événement qui déclenchera la Révolution.

- Miriam de Montaigne – Quatrième fille de Léon-Alexandre XIV. Ambassadrice de Montaigne à la Ligue de Vendel, elle est capturée et exécutée par la foule des émeutiers dans le Palais du Soleil le 27 sextus.

- Morella di Caligari de Montaigne – Impératrice de Montaigne. Troisième épouse de Léon-Alexandre XIV. Puissante Stregha della sorte, elle se pend lorsque la foule envahit le Palais du Soleil le 27 sextus, plutôt que d’aider son mari.

- Nicolette de Montaigne – Septième fille de Léon-Alexandre XIV. Exilée à Pau pour avoir déplu à son père. Exécutée par pendaison le 11 Julius après avoir tenté de fuir Pau pour gagner l’Eisen. Le tribunal est dirigé par Edmond Gatien, qui se surnomme lui-même “La Hache” et qui sera bientôt le maire et le préfet de Pau.

- Olivier de Montaigne – Cousin de l’Empereur. Déclaré coupable de meurtre en Corantine 1667. Mécène de la Rose et la Croix, cette organisation parvient à découvrir le véritable assassin avant qu’il ne soit pendu. Considéré comme un paria à la cour, il se retire à Crieux où il demande à devenir un Pauvre Chevalier et à intégrer officiellement la Rose et la Croix. Homme honorable, il est facilement accepté et devient l’un des chevaliers des Fers et Chaînes, la maison de Crieux. Il mourra en tentant d’empêcher la pendaison du duc Sébastien Douard Allais de Crieux.

- Rémy de Montaigne – Cousin de Léon-Alexandre XIV. C’est l’un des plus grands escrimeurs de Montaigne. Il fut capitaine des gardes du Soleil et rival affirmé de Jean-Marie de Tréville de Torignon, le capitaine des mousquetaires. Il est abattu par les mousquetaires lorsqu’il tente de tuer Jean-Marie de Tréville de Torignon, le 27 sextus.

- Sébastien Douard Allais de Crieux – Duc. Patriarche de la famille Allais de Crieux. Mécène de la Rose et la Croix. C’était l’un des hommes les plus puissants de Montaigne. Il était obstiné et volontaire et avait de nombreux alliés : la famille royale de Castille, la famille Falisci en Vodacce et bien d’autres. Ses terres comptaient le plus grand port du pays qui, combiné à ses alliés politiques, lui donnait une relative indépendance vis-à-vis de l’Empereur. Il fut pendu à un poirier dans sa province dans les premiers jours de la Révolution par une foule composée de ses serviteurs et de fauteurs de trouble.

- François Allais de Crieux – Neveu de Douard. Dilettante et favori de la cour à l’esprit aussi impitoyable que la langue. Reconnu et capturé alors qu’il tentait de fuir discrètement le Palais du Soleil, déguisé en cuisinier. Pendu aux portes de la ville le 29 Julius.

- Valéry Allais de Crieux – Grand Chambellan de Léon-Alexandre XIV. Allié inconditionnel de son père Sébastien Douard, il utilisait sa position pour favoriser les intérêts de la famille Allais de Crieux. Compte tenu de sa fonction, il est présent au Palais du Soleil au soir des émeutes et fait partie des premiers cadavres de la Révolution.

- Thérèse de Tréville de Torignon – Duchesse. Matriarche de la famille de Tréville. Fervente défenseuse de l’Empereur, elle exerçait un strict contrôle sur les membres de sa famille. Elle-même mousquetaire autrefois, elle sauva la vie de l’Empereur Léon-Alexandre XIII. Elle fut également l’épouse d’un noble de la province de l’Aury, mais elle garda son nom de jeune fille. Au début de la Révolution, Thérèse s’avança face à la foule qui donnait l’assaut au Palais du Soleil le 25 sextus et l’admonesta pour oser défier l’Empereur. Le silence se fit alors chez les émeutiers, mais un coup de feu fut tiré par un homme au milieu de la foule, Thérèse s’effondra et l’instant de grâce fut rompu. La foule hurlante reprit son avancée et la matriarche de la famille de Tréville de Torignon disparut dans le vent de l’Histoire.

- Henri Frédégard de Tréville de Torignon – Ce jeune homme lâche a fui les combats sur le front castillian et fut donc exilé à Pau par sa tante Thérèse. Il sera l’une des premières victimes des tribunaux populaires d’Edmond Gatien. Il est tué le 29 Julius.

- Justine-Hélène de Tréville de Torignon – C’est une femme d’exception qui a réussi à faire carrière dans la marine montaginoise. Présente à la cour de l’Empereur le 27 sextuq, elle affronte courageusement la foule après que sa tante ait été abattue d’une balle de mousquet. Elle sera lapidée par les insurgés à l’aide des pavés de la cour du Château.

- Nadège Deneuve de Surly – Comtesse et occultiste faisant partie d’un sombre cercle de Pau, Nadège parvient à quitter la Montaigne pour la Castille. Seulement, l’un de ses domestiques la dénonce à l’Inquisition. Elle est brûlée sur un bûcher près d’Altamira le 17 Julius.

- François Dubois d’Arrange – Père de famille aimant en mission diplomatique à la cour de Fauner von Pösen, il rentre précipitamment en Montaigne au début de la Révolution pour mettre sa famille à l’abri. Pénétrant clandestinement dans Charousse, il est dénoncé par un Avalonien qui détecta son don de Porté. Il sera coiffé quelques jours plus tard.

- Cyprien-Hector Etalon de Viltoille – Ce vieil amiral a combattu les pirates et affronté l’Invincible Armada castilliane. Il ne faisait preuve d’aucune pitié tant envers ses ennemis que ses hommes. Aussi quelques semaines après le début des émeutes, le 04 Corantine, ses propres marins le pendirent à la grande vergue.

- Philippe Etalon de Viltoille – Neveu de Tristan et célèbre commandant dans la cavalerie qui combattit vaillamment sur le front castillian. Il n’a jamais perdu une bataille mais il l’emportait en perdant beaucoup d’hommes et de matériel. Après cette guerre, Philippe fut pris dans les émeutes de Charousse alors qu’il venait se présenter à l’Empereur au titre de nouveau duc de sa famille. Léon lui donna l’ordre de prendre le commandement des troupes et de mater les émeutiers, mais Philippe refusa, affirmant galamment qu’il n’avait pas combattu pour le peuple montaginois pendant plus d’un an pour l’exterminer. Il fut alors assassiné par Augustin Riché de Pourcy sur ordre de l’Empereur.

- Roselyne Etalon de Viltoille – Comtesse. Mère de Nicole Etalon de Viltoille et membre émérite de la Mode du Lac, elle pris Arielle Valroux de Martise sous son aile. Lorsque celle-ci développa son style Délicatesse, elle lui demanda de l’enseigner à sa fille Nicole. A la Révolution, elle sera arrêtée par Marie Malvoire et conduite au Coiffeur quelques jours plus tard.

- Pierre Flaubert de Douard – Jeune et ambitieux duc. Patriarche de la famille Flaubert, il était prêt à tout sacrifier pour le bien-être de sa famille. Ainsi, Pierre avait transformé toutes les terres arables de sa province en pâturages pour ses troupeaux. Or, suite à une mauvaise récolte, la famine balaya ses gens car tout ce que les paysans parvenaient à produire partait pour nourrir les troupes combattant sur le front castillian. A la Révolution, Pierre est mis en pièces à son domicile, par les paysans qu’il avait affamés, le 06 sextus. Sa demeure est ensuite pillée.

- Vincent Gautier de la Mothe – Duc. Patriarche de la famille Gautier. Puissant sorcier Porté, il est déclaré mort dans l’incendie de sa propriété.

- Gérard Lévèque de l’Aury – Capitaine du “Beau Visage”. Officier de haut rang dans la marine montaginoise froid et hautain qui considère les hommes comme des pions à manipuler sur un grand échiquier. Ses hommes finissent par l’étouffer dans son sommeil dès qu’ils apprennent qu’une Révolution a éclaté en Montaigne.

- Irène Lévèque de l’Aury – Cousine de Victor. Célèbre cantatrice qui entretenait une liaison avec le duc Pierre Flaubert de Douard. Elle est tuée par une foule en colère le 06 julius alors qu’elle passe la nuit chez Pierre.

- Aurore Praisse de Rachecourt – Duchesse. Matriarche de la famille Praisse, célèbre pour ses puissants talents Porté. Elle tenta d’organiser son mariage avec le duc Vincent Gautier de la Mothe afin de fusionner leurs provinces respectives. Aurore fut capturée par les émeutiers au début de la Révolution et pendue à un arbre de la ville en compagnie de nombreux chats. Son squelette et celui de ses animaux peut toujours y être observé, l’arbre est appelé “le Gibet des Sorcières” par le peuple de Vergneux.

- Irène Praisse de Rachecourt – Comtesse. Irène a, dès son plus jeune âge, été d’une grande beauté et dotée d’un excellent goût vestimentaire. Mariée très jeune au comte Henri Praisse de Rachecourt, elle entra à la cour de l’Empereur où elle fit sensation. Mais, quelques années plus tard, elle poussa l’excentricité de ses tenues un peu trop loin, s’attirant les piques de Dame Jamais Sicée de Sicée. En rentrant le soir, son mari lui apprit qu’ils étaient ruinés avant de s’empoisonner. Hébergée chez des amis, elle prévoyait de séduire le duc Samuel Dubois d’Arrange et d’empoisonner sa femme afin de prendre sa place pour se “refaire” une bonne santé financière. Malheureusement, ses plans tombèrent à l’eau avec le début de la Révolution. Elle fit partie des nobles enfermés au château de Saint-Ange et passa sous la lame du Coiffeur dans le mois qui suivit le début des émeutes.

- Marianne Riché de Pourcy – Duchesse. Matriarche de la famille Riché, elle était d’un tempérament calme et un soutien inconditionnel de l’Empereur. C’était une vieille dame qui avait donné naissance à onze enfants dont sept ont atteint l’âge adulte. Ces enfants avaient à leur tour eu leurs propres enfants. Ainsi, la duchesse était-elle l’heureuse grand-mère de trente-huit petits enfants ! Face à toute cette marmaille, elle agissait comme une grand-mère protectrice. De plus, comme si cela ne suffisait pas, elle s’occupait également de ses neveux et nièces ! Au total, près de 300 membres de sa famille proche étaient sous sa protection. Autant dire qu’elle n’était pas une paisible retraitée, il y avait toujours l’un de ses proches qui faisait une bévue… Elle sera pendue par une foule en colère le 28 Septimus 1668 après un long interrogatoire où ses accusateurs veulent lui faire avouer où se cache l’Empereur. Marianne ne savait rien, mais elle estimait que son silence et son sacrifice étaient nécessaires pour permettre à Léon de s’échapper.

- Jacqueline Riché de Pourcy – Comtesse exécutée sur le Coiffeur dans les premiers jours de la Révolution.

- Marcel Sicée de Sicée – Comte. Courtisan éconduit par Arielle Valroux de Martise qui tenta de l’éliminer lors d’un bal. Il échoua. A la Révolution, il est coiffé quelques semaines après le début des émeutes.

- Gabriel-Nicolas de la Reynie – Lieutenant-général de police. Fils de commerçant, il gravit les échelons de la garde de Charousse à force de travail, de probité et d’intelligence. Nommé au poste suprême de la police par l’Empereur en personne, il met à jour plusieurs complots à l’encontre de la couronne. N’hésitant pas à malmener les nobles, il en est haï des aristocrates, mais aimé du peuple. Malgré tout, il fait partie des premiers à trouver la mort au début des émeutes, en raison de ce que sa fonction représente. Dans les premières heures du 27 sextus, Gabriel-Nicolas et ses hommes de confiance sont abattus puis leurs corps sont pendus au-dessus des portes de la cité.

- Yolande Desaix de Montaigne – Epouse de Matthieu et mère de Franck. En raison de sa proximité avec la famille impériale, elle fait partie des premiers nobles à trouver la mort au début de la Révolution. Une paysanne trouve très drôle de mettre le feu à ses robes et à sa perruque extravagante.

- Bérengère Marie Vermandois de Rachecourt – Cousine d’Aurore Praisse de Rachecourt et aussi toquée qu’elle des chats, elle était pour beaucoup dans les décisions ridicules de la duchesse. Merveilleuse musicienne (clavecin), elle sera la première a être dévorée par les molosses lâchés par les révolutionnaires dans les rues de Vergneux.

- Armand Villon de la Clairgerie – Marquis, intime du Roi Léon-Alexandre XIV et Connétable de la Couronne de Montaigne, on dit qu’il était l’un des cerveaux de la conquête de la Castille et il fut enfermé à la Bastide après l’affaire des Poisons. Il sera libéré à la Révolution mais éventré par un vilain coup de fourche transformée en vouge qui lui ouvre le ventre et répand ses boyaux sur le sol lorsque les émeutiers le reconnaissent.
Revenir en haut Aller en bas
 
nécrologie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nécrologie: white pearl
» Triste nouvelle : décès de Monsieur Jacques VANDOREN
» necrologie
» Jardins des Martels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Hérau(l)ts de Lambert :: LES PARTIES DE JDR :: Septième Mer - Jack Griffin :: La Revanche des Syrneths?-
Sauter vers: