Forum des Hérau(l)ts de Lambert

Association lambersartoise de jeux de rôle
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion
Derniers sujets
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Detroit, entrée dans la saison des pré-campagnes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Acksar
Niveau 7
Niveau 7


Nombre de messages : 321
Age : 34
Jeux de rôle préférés : Warhammer, AMI, B5R, 7ème Mer, Les ombres d'Esteren, Humanydyne etc ...
Meneur de jeu à : Vampire, AMI

MessageSujet: Detroit, entrée dans la saison des pré-campagnes   09.04.16 12:41


L'actuel maire de Détroit, Robert Kellington, est aux trois quarts de son mandat. D'ici près d'un an et demi s'établiront les prochaines élections pour la mairie de la ville.
Plus grande agglomération de son état, Détroit est une ville en déclin. Son économie est en chute libre depuis que la crise de l'automobile est survenue, sa population baisse chaque année tandis que l'état des finances de la municipalité est à l'image des rues de la ville, en train de sombrer dans l'anarchie et la ruine. Cité paradoxale à plus d'un titre, Détroit est en passe de devenir le symbole du naufrage de l'ancienne Amérique avec sa criminalité exceptionnelle, ses services en dents de scie ou sa population en fuite. Mais Détroit est aussi le lieu de résidence d'une bonne dizaine de milliardaires, le siège de grandes entreprises américaines voir mondiales et un carrefour commercial et industriel potentiellement important.
C'est donc tout naturellement que les deux partis s'entre-déchirent à date fixe pour le pouvoir de cette ville spectrale ...

Le parti démocrate a presque toujours été aux commandes. Son favori est le maire actuel qui terminera prochainement son premier mandat. Kellington était un ancien adjoint ayant repris le fauteuil de maire à la retraite de son prédécesseur. Membre de la direction du parti en ville, il a le soutien de l'appareil partisan ainsi que des notables et des classes aisés avec son mot d'ordre : La reconquête par le centre.
En effet, Kellington a souhaité miser sur une revitalisation du centre ville afin d'attirer les classes aisées et de dynamiser le commerce et l'économie. Chaque projet qu'il lance est financé en large partie par les dons de ses mécènes alors que les finances de la ville ne parviennent même pas à régler les mensualités courantes ...
Kellington bénéficie donc d'une belle popularité parmi les élites et peut se targuer d'avoir repris une politique de projet que Détroit ne pourrait pas se permettre autrement. Mais le maire se heurte au front du refus quand il envisage de reprendre en main les quartiers annexes. Les riches habitants sont bien dans la bulle du Centre et n'entendent pas jeter leurs dollars par la fenêtre en finançant un gouffre annoncé. Et le paradoxe de Détroit ressort dès qu'on s'éloigne de 500m du centre ville. D'un côté la riche Détroit, vivant sous perfusion financière constante et de l'autre ... Détroit l'anarchique, en ruine, pauvre et délaissée.
Bien entendu, cette politique ne plaît pas à tous, loin s'en faut. Un challenger est déjà sorti du rang en la personne de Bill Yaxley. Ce juriste de formation n'est pas un habitué du pouvoir mais un délégué du parti tout de même. Il pointe les limites de la politique du maire et le risque qu'il court en laissant filer le déficit de Détroit. Yaxley a très vite bénéficié de l'oreille attentive des militants, de la base du parti. Il parle éducation, santé, sécurité aussi et prévention; il parle justice et solidarité envers tous les quartiers ce qui plaît aux démocrates mais pas à la direction du parti ni, bien entendu, aux riches donateurs ...
La théorie voudrait que le maire soit reconduit comme candidat des démocrates. Il a l'appui des apparatchiks, sa future campagne promet d'être financée par des donateurs et non le parti et il dispose déjà du pouvoir. La réalité interdit pourtant au parti démocrate d'ignorer sa base, surtout quand le challenger annoncé grandit en popularité et en crédibilité. Des sondages donnent le maire favori des démocrates mais en ballottage lors des élections. Yaxley lui, est encore en minorité dans son propre parti et dans les urnes mais il semble gagner des points chaque mois et à chaque apparition ...

Chez les républicains, c'est évidemment le leader local qui est favori. Antony Gone dirige les républicains depuis près de dix ans à Détroit. Il jouit d'une image conforme aux standards puisqu'il est un entrepreneur en pleine réussite, père d'une famille unie et un croyant fidèle.
Gone, habitué à faire partie du conseil municipal, dénonce les erreurs des maires démocrates, pointe les énormes dettes de la ville qui plombent les budgets et engendrent les déficits qui entraînent de nouvelles dettes. Là où le maire est centro-centré, Gone s'est fait le champion des quartiers de la ville. Là où le maire fréquente la belle société, Gone se montre aux côtés des classes moyennes et ouvrières. Sa popularité est plutôt forte en ville mais il n'a toujours pas gagné d'élections. En effet, Gone prône une politique d'économies, d'austérité qui déplaît aux électeurs. Il ne bénéficie pas non plus des immenses dons que son concurrent affiche pour mener à bien ses idées. Enfin, Gone souffre du désamour des électeurs pour la municipalité, ce qui lui donne d'autant plus de crédibilité mais éloigne nombre d'électeurs des urnes ...
Face à Gone se dresse Richard Lewis. Lewis est un avocat, ancien procureur de Détroit. Lewis avance une politique anti criminalité qui plaît naturellement aux électeurs et surtout aux républicains. Lewis veut restaurer l'autorité de la municipalité, sa crédibilité. Il veut augmenter les effectifs de la police, étendre les patrouilles à tous les quartiers et mener une politique de tolérance zéro. Il s'appuie sur la religion comme valeur morale et sur sa famille. Lewis affirme que la sécurité ramènera les affaires et que les affaires ramèneront les finances ...

Actuellement, le match est indécis pour les primaires républicains. Gone bénéficie d'une évidente et logique avance mais elle semble s'éroder à mesure que les discours de Lewis prennent de l'ampleur. Les dernières violences dans le centre ville semblent d'ailleurs servir les intérêts des deux challengers mais les aléas de la vie seront encore légions avant les primaires puis les élections ...
Revenir en haut Aller en bas
 
Detroit, entrée dans la saison des pré-campagnes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» entrée dans salon
» Entrée directe dans le salon-salle à manger
» Azalée décallée dans la saison.
» Mi-septembre,est-ce trop tard dans la saison pour laisser ma poule couver ses oeufs?
» Mon entrée dans le vintage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Hérau(l)ts de Lambert :: LES PARTIES DE JDR :: Vampire La Mascarade - Acksar :: Roleplay-
Sauter vers: